mercredi 11 décembre 2019

RETOUR

Notre périple pendant ces 3 mois n'a pas été tout à fait celui que nous avions prévu puisque nous avons du fuir la Bolivie une dizaine de jours après le coup d'état ( une expérience tout de même enrichissante sur la solidarité des boliviens que nous avons côtoyé même s'il a fallu négocier notre sortie par les pistes pour aller au Brésil).
Nous sommes passé par l'Uruguay, l'Argentine, le sud Paranal au Brésil, la Bolivie, le Brésil à nouveau avec le Paranal du nord, l'Argentine pour contourner et longer le Paraguay en passant par le Chaco, le nord du Chili avec le plateau Andin et ses hauteurs ou nous avons approché souvent les 4900 mètres, et enfin le Pérou.
C'est presque 12000 kilomètres depuis le départ de la maison. Les mécaniques ont parfois souffert, mais les véhicules dans l'ensemble ont supporté presque plus facilement que nous le manque d'oxygène sur l'Altiplano.

mardi 10 décembre 2019

CUZCO

Depuis ce matin les formalités administratives de police et de Douane qui vont nous permettre de laisser les sprinters en "storage" jusqu'en février sont terminées. Nous devrions avoir une réponse de la douane dans quelques jours.Nous serons sans aucun doute à la maison.
En descendant en ville, tout en flânant, croyant entrer dans un musée, nous sommes entrés dans une galerie qui exposait les tapisseries du tisserand  Maksimo Laura. Un feu d'artifice de couleurs! la richesse de ses motifs, de ses coloris et de la finesse du tissage sont mondialement appréciées.
Tout nous rappel les costumes que nous avons croisé quelques minutes avant en traversant la place.




Maksimo Laura est né à Ayacucho, berceau de la civilisation Huari. Il est issu d'une famille de créateur de tapis.Son art qui date des cultures pré-incas s'est perpétué dans sa famille depuis plusieurs générations.









dimanche 8 décembre 2019

CUZCO

Retour à Cuzco pour s'occuper de notre retour en France.
Plaza de Armas. Drapeau Inca et Péruvien
Ce dimanche matin, il semble que chaque église organise un procession en l'honneur de la fête  de l'Immaculé Conception.









 Le prêtre n'a pas oublié son chapeau

SCÈNES DU QUOTIDIEN

En attendant le train de retour à Ollantaytambo, nous avons assisté aux transports dans la ville.
 Ramassage et tri des ordures
Bien arrimer son chargement 
Ne pas se laisser emporter par la charge

La charge le pousse dans la descente. Il semble inquiet

transport du fer à béton

 Pause tous les 10 mètres dans la montée






vendredi 6 décembre 2019

MACHU PICCHU

Après 1h40 de train, nous arrivons  à AGUA CALIENTES  entre de hautes montagnes couvertes par la foret. La ville a été rebaptisée Machu Picchu Pueblo.
Le rio Urubamba et un torrent coupent la ville, ainsi que la ligne ferroviaire qui la traverse en pleine rue sans aucune protection.


Une montée à la verticale en bus d"une demie heure nous dépose au pied du Machu Picchu. En bas, le Rio Urubamba au confluent de 3 vallées encaissées
Il nous a fallu monter ensuite pendant 40 minutes de marche pour voir enfin l'une des 7 merveilles du monde. Pour nous quel émerveillement!

Posé sur la montagne, ce site précolombien fait partie des grandes cités perdues. Résidence du 9e empereur inca, Pachacutec qui serait à l'origine de sa construction et de ses avant-postes.
Éloignée du pouvoir central (Cuzco) le souverain ne pouvait pas vivre seul. C'est la raison de la présence d'une cour, d'un village avec des dizaines de maisons. Quelques centaines de personnes vivaient au Machu Picchu au temps de sa splendeur



Toujours ces pierres taillées et parfaitement ajustées



 Les constructions s'ajustaient sur le terrain rocheux

 Les incas édifièrent tout un système de terrasses et de canalisations pour contrôler les fortes pluies qui tombent sur la région

RETOUR